3

Vision

English

“For Our Children”

Today’s turbulent world is marked by increasingly rapid and momentous changes. These changes need to be addressed by the international community or else they risk to undermine shared values and to weaken solidarity and social cohesion. Thus providing fertile breeding ground for conflicts, reviving old historical grudges and deepening religious and ethnic divisions. Additionally, tectonic shifts in technology, resource availability, population growth and climate change, pose threats to our planet’s stability and sustainability. The Agenda 2030 lays out an excellent roadmap for a multilateral response to address these challenges.

The UN-system, despite its imperfections, remains the most appropriate setting for a common assessment and approach to promote stability and sustainable development for peace and security. The UN-system is the bulwark of Human Rights. As emphasized by UN Secretary-General António Guterres, they are embedded in all UN-entities, each having to play its own complementary role.

Since its foundation, UNESCO’s noble aim has been to contribute to peace, dignity, equality and mutual respect, and to protect fundamental freedoms, notably freedom of expression, free flow of ideas and access to knowledge. To remain credible and fulfil its objectives, UNESCO, with its Member States’ goodwill, must reduce the over-politicization of its work that has at times made it a tinderbox impeding the achievement of its goals.

We must downplay differences, learn to make diversity our strength and unite around our common interests. It’s not too much to ask if we want a peaceful future for our children. These were life lessons that my generation – the ‘war generation’ – learned the hardest of all ways, as my country, Lebanon, painfully and slowly extricated itself from the insanity of seventeen years of violence, hatred and destruction.

Engaging in debates on the most sensitive and divisive subjects should not prevent us from focusing on what unites us.

What could unite us? What aspirations, values and ambitions do we all share? What is our strongest common denominator, regardless of our culture, our colour, our gender or our religion? The answer is Our Children.

  • We all desire a bright future for our daughters and sons.
  • We want them to fulfil their potential.
  • We want them to secure decent and fulfilling jobs.
  • We want them to become responsible free citizens.
  • We want them to live in a culturally diverse and inclusive society.
  • We want them to live in peace on a sustainable planet.

These goals touch UNESCO’s core mandate. We therefore need to create and sustain a Safe Haven for constructive dialogue and cooperation within UNESCO to allow Education, Sciences, Culture, Communication and Information – now more than ever – to Unite Us.

Today, mankind is navigating in uncharted waters, transitioning from the industrial era to the era of connectivity. Fears arising from this disruption to our current way-of-life must be balanced against the exciting opportunities that new technologies present. This balance rests on ensuring that a more technological world results in a more humane world.

We need to adopt a positive stance towards technological advancement and harness it in a responsible way to serve human progress and improve living standards in inclusive societies. In this era of connectivity, UNESCO should stay alert to the ethical implications of technological change and aim for digital equality. UNESCO needs to provide a Safe Haven for Dialogue on the Ethics of the ‘Era of Connectivity’.

How do we prepare Our Children for jobs that don’t exist today? What foundational, transitional and life skills are needed in 2030?

The truth is nobody really knows. Technological advances are driving a constant evolution and transformation of the workplace and of professions. New jobs that require new skills are being created. Knowledge and mobility are becoming an inescapable entry point for any job no matter how modest. Therefore significant emphasis must be placed on being able to learn, develop and adapt as new roles and tasks arise.

It is difficult to precisely predict the long-term impacts of this technological disruption. However, trends provide us with insight into the skills needed for tomorrow. Education policies and curricula must be informed by these trends. UNESCO must be the ‘Knowledge Hub’, leveraging all its networks, analysing trends and translating information into knowledge Member States can tap into and use.

In the era of connectivity, the role of education and teachers has to change from “transferring knowledge to children” to “facilitating education and unearthing talents from each child”. “If children cannot learn the way we teach, we must teach the way they learn”.

Moreover, all of us need to invest in quality education at all levels, especially for girls, and particularly girls in science. Education must promote creativity, problem solving, resilience and entrepreneurship. The profile and image of Technical and Vocational Education need to be upgraded and tightly dovetailed with the private sector in anticipation of tomorrow’s jobs. The exponential growth in e-learning possibilities and access to online open educational resources require a continuous establishment and update of norms for certifications and diploma recognition. Moreover, the need to embrace a culture of Lifelong Learning is an absolute priority due to the speed at which the world is changing.

Our Children deserve a life blessed with peace and security. When violence becomes pervasive, whether in the form of extremism, radicalization, gang culture or illegal trafficking, the ability of our youth to learn, to work and to contribute positively to society becomes seriously hampered. UNESCO has therefore to respond to all forms of violence holistically, by clearing homes, schools and societies from hostility and turning them into places for learning and dialogue.

These challenges cannot be addressed by applying traditional approaches that are no longer successful. Innovative approaches explored at UNESCO’s Mahatma Gandhi Institute of Education for Peace (MGIEP) show promising results. The institute engages with youth directly and make them part of the solution. Based on cognitive learning, behavioural transformation and socio-emotional skills development, MGIEP uses new technology as a tool to transform education to build peaceful sustainable societies, which allows children to interpret and understand the world through ‘critical inquiry’, to strengthen their moral courage to act and to build empathy and compassion.

Africa is the continent where the impact of new technologies has brought about the most spectacular leap forward. Unfortunately, many challenges remain. Africa’s staggering population growth, twice the global average, has serious implications on critical issues such as youth unemployment, illiteracy, gender inequality, connectivity and climate change, urgently requiring a decisive integrated response by UNESCO.

We have to act together if we want to leave to Our Children a healthy planet to live on. Climate change is “the defining challenge of our time” and UNESCO must intensify its efforts to contribute to this global effort to mitigate and adapt to the negative impacts of climate change. Education, sciences, culture, communication and information should aim to influence our common mind-set.
UNESCO’s current focus on those communities and countries that are the most vulnerable and the most negatively impacted by climate change must be translated into purposeful action.

Mankind cannot prosper without decisive action to mitigate climate change and manage biodiversity, freshwater resources and oceans. Indeed, the very existence of populations living in low-lying coastal regions and small islands developing states is threatened by sea-level rises.

UNESCO’s cultural Conventions safeguard, transmit, promote and protect culture and heritage. They are visible flagships, generating new forms of revenue, but they need to remain effective and credible.

The recent destruction of unique cultural heritage highlights the importance of protecting and preserving culture in conflict zones. Preservation goes beyond the material protection of mere historical artefacts. It touches our identities and our common history.

Culture is not a static set of inherited traits, values and patterns of behaviour. It is an evolving process. What was considered ‘modern’ in the past, is ‘tradition’ today. And what is modern today, is tomorrow’s tradition. What matters is maintaining the dialogue. UNESCO should provide a safe haven for cultural dialogue, focusing on what unites us, ensuring all voices are heard, in particular those of minorities and women.

With regard to women, Alfred de Vigny said: “After studying the condition of women in all times and in all countries, I came to the conclusion that instead of saying good morning to them, one should ask for their forgiveness”. Unfortunately, this nineteenth century quote remains valid today. Doesn’t this call for a more daring approach to gender equality?

While UNESCO’s mandate and functions remain relevant, its ability to tackle the challenges faced requires ever-greater resilience, anticipation and resourcefulness. UNESCO has to modernise its processes and optimise the use of modern technology, to transform it into a real e-Agency.

UNESCO has to become agile in its approach to management and administration – more innovative – with a fresh mind-set. The Organization should adopt the Jugaad mind-set, which is an approach based on the principles where, abundance is found in scarcity, adversity is turned into opportunity, solutions are innovative, the status quo is constantly questioned, and where people work with their hearts.

UNESCO needs to make impact and measure outcome. To be effective, UNESCO has to do the right things. To be efficient, UNESCO has to do things right.

More than ad-hoc temporary boosts to its revenue, UNESCO needs stable, predictable and sustainable funding by further opening up to external partners and creating an ecosystem of innovative revenue models to expand its capacity to deliver and improve the cost-effectiveness of programme implementation.

Moreover, UNESCO’s ability to attract funding is directly associated with its credibility, level of transparency, accountability, and with its ability to deliver impactful and evidence-based results that demonstrate value to Member States.

However, if UNESCO wishes to significantly enlarge its funding base and access alternative funding, it has to look to professional fundraisers. UNESCO’s success stories have potential for fundraising and some themes even qualify for structural crowd funding.

The Secretariat is of paramount importance in these transformations, where managers are leaders and staff members are talents. Empowered leaders and talents are accountable for their responsibilities and act accordingly. The Director-General should encourage initiative, experimentation, creativity and network building. All of this with greater oversight, transparency and accountability inward, outward and at all levels.

UNESCO built up over the decades a unique set of partnerships and networks, starting with its National Commissions, forming a far-reaching web of synergies and relationships, waiting to be leveraged in new and creative ways, including crowd sourcing. UNESCO’s outreach needs to be more innovative to ensure that the multiplier effect attains its full potential.

The interlinked Sustainable Development Goals engage many stakeholders. UNESCO must focus on its comparative advantage and support the work of others where appropriate. A new culture of partnerships means preferring synergy to turf battles, collaboration to competition, an understanding that we either succeed together or not at all.

The position of Director-General is not a job. It is a mission, a vocation to serve, a commitment to put UNESCO’s interest before one’s own. Such a vocation does not suddenly emerge on the eve of an election.

An inspiring Leader for UNESCO is:

  • One who leads by example.
  • One who is fair and impartial – a consensus builder.
  • One who believes more in responsibilities than prerogatives.
  • One with team spirit and faith in the personnel.

The new Director-General must strive to make UNESCO the best possible organization: a model of transparency, accountability, ethics, innovation and results – one that serves all Member States based on their needs, since one size doesn’t fit all – one that recognizes the multidimensional aspect of poverty and follows the ethos of “Leaving no one behind”.

UNESCO has been through troubled times. This ordeal can be turned into a new opportunity – not relying on past models, but leapfrogging to a new model fit for the era of connectivity.

This is, of course, an immense ambition. But as Sergio de Mello once said: “Unless we aim for the seemingly unattainable, we risk settling for mediocrity.”

Let’s aim for “the seemingly unattainable”.

Vera El Khoury Lacoeuilhe

15 March 2017

Francais

« Pour nos enfants »

Nous vivons dans un monde turbulent, toujours plus rapide, marqué par des changements sans précédent qui risquent de fragiliser nos valeurs communes et d’affaiblir la solidarité et la cohésion sociale. La communauté internationale se doit d’y faire face pour éviter l’apparition d’un terreau fertile pour des conflits réveillant de vieilles rancunes historiques et aggravant les divisions religieuses et ethniques. Des mouvements tectoniques dans le domaine des technologies, de la disponibilité des ressources, de la démographie et des changements climatiques menacent par ailleurs la stabilité et la viabilité de notre planète. L’agenda 2030 trace une excellente feuille de route pour une réponse multilatérale à ces défis.

Malgré ses imperfections, le système des Nations Unies demeure le cadre le plus approprié pour étudier et aborder en commun les moyens de promouvoir la stabilité et le développement durable pour la paix et la sécurité. Le système des Nations Unies est le rempart des droits de l’homme. Comme l’a souligné récemment le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, les droits de l’homme font partie intégrante de toutes les entités des Nations Unies, chacune ayant son propre rôle, complémentaire de celui des autres.

Depuis sa fondation, l’UNESCO a pour noble objectif de contribuer à la paix, à la dignité, à l’égalité et au respect mutuel, et de protéger les libertés fondamentales, notamment la liberté d’expression, la libre circulation des idées et l’accès au savoir. Pour rester crédible et atteindre ses objectifs, l’UNESCO doit, avec la bonne volonté de ses États membres, réduire la politisation excessive de ses travaux, qui l’a parfois transformée en poudrière au point de l’empêcher d’atteindre ses objectifs.

Nous devons aplanir nos différences, apprendre à faire de la diversité notre force et nous unir autour de nos intérêts communs. Ce n’est pas trop demander si nous voulons que nos enfants aient un avenir pacifique. Ce sont des leçons de vie que ma génération – la « génération de la guerre » – a apprises de la manière la plus dure, alors que mon pays, le Liban, sortait lentement et douloureusement de la folie de dix-sept ans de violence, de haine et de destruction.

Engager le débat sur les sujets les plus sensibles et les plus clivants ne doit pas nous empêcher de nous concentrer sur ce qui nous unit.

Qu’est-ce qui peut nous unir ? Quelles aspirations, quelles valeurs et quelles ambitions partageons-nous ? Quel est notre dénominateur commun le plus fort, au-delà de notre culture, de notre couleur, de notre genre ou de notre religion ? La réponse est : Nos enfants.

  • Nous désirons tous un avenir brillant pour nos filles et nos fils.
  • Nous voulons qu’ils s’épanouissent pleinement.
  • Nous voulons qu’ils trouvent des emplois stables, convenables et   enrichissants.
  • Nous voulons qu’ils deviennent des citoyens libres et responsables.
  • Nous voulons qu’ils vivent dans une société inclusive et culturellement diverse.
  • Nous voulons qu’ils vivent en paix sur une planète viable.

Ces objectifs touchent l’essence du mandat de l’UNESCO. Nous devons donc créer et pérenniser à l’UNESCO un havre de paix pour le dialogue constructif et la coopération, afin de permettre à l’éducation, aux sciences, à la culture, à la communication et à l’information de nous unir – maintenant plus que jamais.

L’humanité d’aujourd’hui navigue en eaux inconnues, en pleine transition entre l’ère industrielle et celle de la connectivité. Les craintes que suscite ce bouleversement de nos modes de vie doivent être pondérées par les formidables possibilités offertes par les nouvelles technologies. L’équilibre dépendra de notre capacité à faire d’un monde plus technologique un monde plus humain.

Nous devons adopter une attitude positive à l’égard du progrès technologique en l’exploitant de manière responsable afin qu’il serve le progrès de l’humanité et améliore le niveau de vie dans des sociétés inclusives. À l’ère de la connectivité, l’UNESCO doit rester attentive aux implications éthiques des évolutions technologiques et viser l’égalité numérique. L’UNESCO doit être un havre de paix pour un dialogue sur l’éthique à l’« ère de la connectivité ».

Comment allons-nous préparer nos enfants à des emplois qui n’existent pas encore ? Quelles sont les compétences fondamentales, les compétences de transition et les compétences de vie qui seront nécessaires en 2030 ?

À vrai dire, personne n’a la réponse. Les progrès technologiques entraînent une évolution et une transformation constantes du milieu de travail et des professions. Des métiers nouveaux se créent, qui exigent des compétences nouvelles. Le savoir et la mobilité deviennent un sésame incontournable pour l’accès à l’emploi, même modeste. Il faut donc insister sur la capacité à apprendre, à se développer et à s’adapter aux fonctions et aux tâches nouvelles à mesure qu’elles apparaissent.

Il est difficile d’anticiper avec précision les effets à long terme de ces bouleversements technologiques, même si les tendances nous donnent déjà un aperçu des compétences nécessaires demain. Les politiques éducatives et les programmes d’enseignement doivent tenir compte de ces tendances. L’UNESCO doit être un « Pôle de connaissances », mobilisant tous ses réseaux, analysant les tendances et traduisant l’information en connaissances, que les États membres peuvent exploiter et utiliser.

À l’ère de la connectivité, le rôle de l’éducation et des enseignants doit évoluer. Il ne s’agit plus de « transmettre des connaissances aux enfants », mais de « faciliter l’éducation et révéler les talents de chaque enfant ». « Si les enfants n’arrivent pas à apprendre comme nous enseignons, nous devons enseigner comme ils apprennent ».

Par ailleurs, nous devons investir dans un enseignement de qualité à tous les niveaux, en particulier pour les filles, et en particulier pour les filles dans les sciences. L’éducation doit favoriser la créativité, la résolution de problèmes, la résilience et l’esprit d’entreprise. Il faut améliorer le profil et l’image de l’enseignement technique et professionnel et l’articuler avec le secteur privé en prévision des emplois de demain. La croissance exponentielle des possibilités d’apprentissage en ligne et l’accès aux ressources éducatives libres en ligne exigent d’établir et d’actualiser en permanence des normes pour les certifications et la reconnaissance des diplômes. En outre, la nécessité d’adopter une culture de l’apprentissage tout au long de la vie est une priorité absolue, en raison de la rapidité avec laquelle le monde change.

Nos enfants méritent de vivre dans la paix et la sécurité. Lorsque la violence se généralise, que ce soit sous forme d’extrémisme, de radicalisation, de culture de gangs ou de trafic illicite, la capacité de nos jeunes à apprendre, à travailler et à apporter une contribution positive à la société se trouve sérieusement compromise. L’UNESCO doit apporter une réponse globale à toutes les formes de violence, en libérant les foyers, les écoles et les sociétés de l’hostilité, pour les transformer en lieux d’apprentissage et de dialogue.

Il n’est plus possible de résoudre ces défis par les approches traditionnelles, devenues inefficaces. Les résultats des approches innovantes explorées à l’Institut Mahatma Gandhi de l’éducation pour la paix (MGIEP) de l’UNESCO sont prometteurs. En échangeant directement avec les jeunes, l’Institut les fait participer aux solutions. Le MGIEP se fonde sur l’apprentissage cognitif, la transformation du comportement et le développement des compétences socio émotionnelles, et utilise les nouvelles technologies comme des outils pour transformer l’éducation afin d’édifier des sociétés durables et pacifiques. Cela permet aux enfants d’interpréter et de comprendre le monde par le biais du « questionnement critique » et de renforcer leur courage moral pour agir et développer empathie et compassion.

De tous les continents, l’Afrique est celui où l’impact des nouvelles technologies a entraîné l’avancée la plus spectaculaire. Malheureusement, les  défis à relever restent nombreux. La démographie galopante, deux fois la moyenne mondiale, a de graves répercussions dans des domaines aussi importants que le chômage des jeunes, l’analphabétisme, l’inégalité entre les genres, la connectivité et le changement climatique. Cela appelle de la part de l’UNESCO une réponse urgente, intégrée et énergique.

Nous devons agir ensemble si nous voulons laisser à nos enfants une planète en bonne santé. Le changement climatique est « le défi majeur de notre temps », et l’UNESCO doit renforcer sa contribution à l’effort mondial pour atténuer les effets négatifs du changement climatique et s’y adapter. L’éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information doivent viser à influencer notre conscience collective.

La priorité actuelle donnée par l’UNESCO aux communautés et aux pays les plus vulnérables et les plus touchés par le changement climatique doit se traduire par une action concrète et déterminée.

L’humanité ne peut prospérer sans une action volontariste pour atténuer les changements climatiques et gérer la biodiversité, les ressources en eau douce et les océans, car l’existence même des populations qui vivent dans les zones côtières de faible altitude et les petits états insulaires en développement est menacée par la montée du niveau de la mer.

Les Conventions culturelles de l’UNESCO sauvegardent, transmettent, encouragent et protègent la culture et le patrimoine. Elles sont des fleurons de l’Organisation, qui génèrent de nouvelles formes de recettes, mais elles doivent rester performantes et crédibles.

La destruction récente d’un patrimoine culturel unique souligne l’importance de la protection et de la préservation de la culture dans les zones de conflit. La préservation va au-delà de la protection matérielle des artefacts historiques. Elle touche nos identités et notre histoire commune.

La culture n’est pas un ensemble statique de caractéristiques héréditaires, de valeurs et de comportements. Il s’agit d’un processus évolutif. Ce que l’on considérait autrefois comme « moderne » est la « tradition » d’aujourd’hui. Et ce qui est moderne aujourd’hui sera tradition demain. Ce qui importe, c’est d’entretenir le dialogue. L’UNESCO devrait offrir un havre de paix au dialogue culturel, en se concentrant sur ce qui nous unit et en veillant à ce que toutes les voix soient entendues, en particulier celles des minorités et des femmes.

À propos des femmes, Alfred de Vigny a dit : « Après avoir étudié la condition des femmes dans tous les temps et dans tous les pays, je suis arrivé à la conclusion qu’au lieu de leur dire bonjour, on devrait leur demander pardon. » Il est malheureux que cette citation du XIXe siècle reste valable aujourd’hui. Cela ne plaide-t-il pas en faveur d’une approche plus audacieuse de l’égalité des genres ?

Si le mandat et les fonctions de l’UNESCO restent pertinents, relever les défis actuels exige de sa part une résilience, une anticipation et inventivité renouvelées. L’UNESCO doit moderniser ses processus et optimiser l’utilisation des technologies modernes pour devenir une véritable Agence connectée.

L’UNESCO doit devenir agile dans son mode de gestion et d’administration –plus innovante et avec un nouvel état d’esprit. L’Organisation devrait adopter les principes de la démarche JUGAAD, selon lesquels on trouve l’abondance dans la pénurie, l’adversité est transformée en opportunité, les solutions sont innovantes, le statu quo est sans cesse remis en question et les gens travaillent avec le cœur.

L’UNESCO doit avoir un impact et mesurer ses résultats. Pour être efficace, l’UNESCO doit faire ce qu’il convient, et pour être performante, l’UNESCO doit le faire comme il convient.

Plus que d’une augmentation ponctuelle et ad hoc de ses revenus, l’UNESCO a besoin de financements stables, prévisibles et durables, en s’ouvrant davantage à des partenaires extérieurs et en créant un écosystème de nouveaux modèles de revenus, afin d’accroître sa capacité à produire des résultats et d’améliorer le rapport coût-efficacité de la mise en œuvre du programme.

À cet égard, la capacité de l’UNESCO à attirer des financements est directement liée à sa crédibilité, à son niveau de transparence, à sa responsabilité et à sa capacité à produire des résultats efficaces et factuels, qui démontrent sa valeur aux États Membres.

Cela dit, si l’UNESCO souhaite élargir sensiblement sa base de financement et accéder à d’autres sources de financement, elle doit faire appel à des spécialistes de la levée de fonds. Les succès de l’UNESCO représentent un potentiel en termes de levée de fonds, et certains thèmes sont même éligibles au financement participatif.

Le Secrétariat est un atout essentiel de ces transformations, dont les directeurs sont les leaders et les membres du personnel les talents.

Dotés d’une autonomie d’action, leaders et talents doivent rendre des comptes et ils agissent en conséquence. La Directrice générale doit encourager l’initiative, l’expérimentation, la créativité et l’établissement de réseaux, tout en assurant un suivi, une transparence et une responsabilisation accrus à l’intérieur, à l’extérieur et à tous les niveaux.

Au cours des décennies, l’UNESCO a édifié un ensemble unique de partenariats et de réseaux, à commencer par ses commissions nationales, dont le vaste potentiel en matière de synergies et de relations mérite d’être exploité de manière nouvelle et créative, y compris par la production participative. L’UNESCO doit faire preuve d’innovation pour étendre son rayonnement et démultiplier pleinement ses effets.

Étroitement liés entre eux, les objectifs de développement durable sollicitent un grand nombre d’acteurs. L’UNESCO doit se concentrer sur son avantage comparatif et, le cas échéant, apporter son soutien au travail des autres. Une nouvelle culture de partenariats implique de préférer les synergies aux conflits de compétences, la collaboration à la concurrence, et de comprendre qu’on réussit ensemble ou pas du tout.

Le poste de Directrice générale n’est pas un emploi. C’est une mission, une vocation à servir, un engagement à faire passer l’intérêt de l’UNESCO avant le sien. Une telle vocation n’émerge pas soudainement à la veille d’une élection.

Pour diriger et inspirer l’UNESCO, il faut :

  • Donner l’exemple.
  • Agir de manière juste et impartiale – créer des consensus.
  • Croire que les responsabilités sont plus importantes que les prérogatives.
  • Avoir l’esprit d’équipe et confiance dans le personnel.

La nouvelle Directrice générale devra se mobiliser pour faire de l’UNESCO la meilleure organisation possible : un modèle de transparence, de responsabilisation, d’éthique, d’innovation et de résultats, une organisation qui serve tous les États membres en fonction de leurs besoins, une organisation qui reconnaisse les aspects multidimensionnels de la pauvreté et se donne pour philosophie de ne laisser personne au bord du chemin.

L’UNESCO a connu des temps difficiles, mais cette épreuve peut se transformer en une nouvelle opportunité – celle de tourner le dos aux modèles passés pour se projeter dans un nouveau modèle adapté à l’ère de la connectivité.

C’est, bien sûr, une immense ambition. Mais comme le disait Sergio de Mello :

« Si nous ne nous visons pas ce qui semble inaccessible, nous risquons de nous contenter de la médiocrité. »

Alors, visons ce qui « semble inaccessible ».

Vera El Khoury Lacoeuilhe