Untitled-1

MTV Interview September 2017

222-300x220

Khoury Lacoeuilhe: Why I should lead UNESCO

Susannah Walden| The Daily Star

BEIRUT: Gearing up for the last phase of the election process to determine the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization’s 11th director-general, Lebanese candidate Vera El Khoury Lacoeuilhe said she’s busy and focused. “Sometimes I wish I had my [old] life back,” she told The Daily Star in a recent interview. She was speaking during a brief, jam-packed visit to her native Lebanon from her base in Paris, where the UNESCO head office is also located. “But absolutely, I want to win, because there are things that need to be done and I know I can make a difference.”

Khoury Lacoeuilhe is one of nine candidates on the short list to become the new executive head of the agency later this year. UNESCO was founded in the wake of World War II to promote peace and universal respect for human rights through cooperation on educational, science and cultural programs.

The director-general position is unofficially slated to be filled by a candidate from the Middle East, as the only region that has never been represented in the post. Iraq, Egypt, Qatar and Lebanon have fielded candidates, joining those from France, Azerbaijan, Guatemala, China and Vietnam.

The agency has, however, recently been a theater for political disputes tied to the Israeli-Palestinian conflict, causing some commentators to contend that electing a head from an Arab nation would intensify, rather than ease, tensions.

Khoury Lacoeuilhe was clear-eyed and straightforward in addressing this question, pointing out that the characteristics of the candidate are more important than the country they come from. “It’s the personality [that matters], and the organization needs someone who knows it enough to bring back credibility and to bring back neutrality. It has nothing to do with the country [you’re from],” she said, without hesitation. “The way to deal with disagreement is to ensure that you have a person who has a record in UNESCO of being fair, of acting with integrity, acting according to principles.”

But she acknowledges that despite the transparency of the election and the thorough vetting of all candidates, it is not easy to depoliticize the process. “All subjects are political. … It’s naive to think otherwise,” she said. “I’m hoping they’re going to base their choice on competence when they elect, because this is not the only criteria, and they know it. There are political considerations unfortunately, even economic considerations, that get into the picture. So member states want achievement, they want results, so they should select a leader who can get this done.”

She continued: “I don’t like these pre-electoral promises, saying, ‘I’m going to prevent any political conversation in UNESCO.’ I want to be honest and transparent. … I’m not pretending that I’m coming with a magic stick and that because I am there everything is going to become perfect immediately … but my only agenda is UNESCO’s interest and the member states’ interests. And this is what distinguishes me [from other candidates].”

In the public interviews held at the end of April by the UNESCO Executive Board, Khoury Lacoeuilhe was the only candidate to propose a practical safeguard for flagging politically charged issues early on – something she said was necessary to maintain focus on “common dominators that we can build on.”

“This is why I proposed … to have an alert system [for] all the members of the secretariat, so they can alert me about anything that could become difficult, so that I can deal with it as early as possible and start dialogue as early as possible.

“I am not going to say that I’m going to change your political views … I’m just asking you to accept to put them on the side so we can deal with what is positive, what we can bring and achieve together. And this I can do. I know the subjects better than any other candidate. … I know the member states better than any other candidate, because I’ve negotiated and worked with them on all these subjects and I think I can bring them together to unite on things we have in common.”

There is no doubt that she is qualified. A diplomat with over 20 years of experience in multilateral diplomacy and international relations, and a member of the Economic and Social Council of the U.N. Independent Team of Advisors, her knowledge of the U.N. system is grounded in years of practice.

Khoury Lacoeuilhe’s commitment to the relevance and mandate of UNESCO is clear as well. She said she recognizes the organization’s imperfections, but considers it well-placed to support the U.N. development goals in a time of great change. Her vision statement, entitled “Our Children,” focuses on the next generation as the aforementioned “common denominator” – a great source of unity in multilateral cooperation, in her view.

In light of this, Khoury Lacoeuilhe emphasizes the need to modernize the agency and integrate an awareness of the technological revolution into its inner workings. “The mandate [of UNESCO] is extremely relevant, and it is doing things now that are extremely successful. They add value but [the organization] has been going through lots of difficulties and it needs to become more agile, more lean, more flexible and it needs to adapt, to change. I mean look at the world we’re living in. Change is absolutely exponential. … There is no way the organization can survive if it doesn’t take this into consideration,” she said.

“I know the potential [of UNESCO] and I know what needs to be done to modernize, and in fact, this is what is needed,” she went on. “And they’re aware of it. There’s brilliant staff over there. … I will not be alone. What I will bring is vision, a new mindset. [I will] empower the staff and make them understand they will be held accountable, attract the brightest people to work with us and trust them to do their work. Alone I will do nothing; nobody can achieve anything alone.”

A version of this article appeared in the print edition of The Daily Star on May 09, 2017, on page 3.
71210_785215_large

Première étape réussie pour la candidate du Liban à la direction générale de l’Unesco !

09/05/2017
On se souvient de la confusion qui a régné autour de la candidature libanaise à la direction générale de l’Unesco, il y a plusieurs mois. Aujourd’hui, la polémique est dépassée et Véra el-Khoury Lacoeuilhe est la candidate officielle du Liban à ce poste prestigieux. Elle bénéficie désormais de l’appui du chef de l’État, du président du Conseil et des ministres des AE et de la Culture. Elle est même parmi les favoris après l’étape de l’interview des candidats devant les 59 membres du conseil exécutif de l’association. Neuf candidats sont dans la course et les interviews se sont déroulées les 26 et 27 avril (elles sont d’ailleurs sur le Net pour qui aimerait les visionner.Dans le passé, les interviews étaient privées et se déroulaient à la veille de l’élection. Mais à la demande du Canada, elles sont désormais publiques et se déroulent près de 5 mois avant le vote. Véra el-Khoury Lacoeuilhe venait à peine de perdre son père. Malgré tout, elle s’est présentée au rendez-vous. L’interview consiste en un discours de dix minutes suivi d’une séance de questions-réponses. Chaque groupe régional a d’abord droit à une question (il y en a six), avant de laisser la liberté aux délégués. Même si les langues officielles des organisations attachées à l’ONU sont au nombre de six (le russe, le chinois, l’arabe, le français, l’anglais et l’espagnol), les langues de travail ne sont que deux, le français et l’anglais, que les candidats sont censés pratiquer couramment. Véra, elle, a utilisé trois langues dans son discours, les deux réglementaires puis l’arabe, surtout lorsqu’elle a dit qu’elle « vient du Liban et de la région arabe, laquelle est riche en talents, en connaissances et en valeurs. Cette région a hâte de servir cette organisation et, à travers elle, tous les peuples du monde, après 70 ans d’attente ». En effet, en dépit d’une pratique tournante qui veut que la direction générale de l’Unesco revienne à toutes les régions de la planète à tour de rôle, le monde arabe n’a jamais occupé ce poste. C’est donc en candidate de toute la région arabe que Véra el-Khoury s’est présentée devant les membres du conseil exécutif, suscitant l’approbation des trois autres pays arabes qui ont pourtant eux-mêmes des candidats pour le même poste. Il s’agit de l’Égypte, dont la candidate est considérée comme une des favorites de l’élection, ainsi que l’Irak et le Qatar. Pendant une heure et demie, Véra el-Khoury Lacoeuilhe a donc répondu aux questions des délégués qui ont porté sur son programme de relance de l’organisation, qui souffre d’une pénurie au niveau des fonds, et sa vision de son rôle, sachant que l’Unesco n’est pas seulement chargée du patrimoine culturel mondial. Elle s’occupe aussi d’éducation, dans le cadre de la lutte contre la radicalisation. Elle a aussi une commission pour les océans, un institut de statistiques sur lequel compte beaucoup l’ONU, un rôle dans la gestion de l’eau dans la planète, etc., bref beaucoup de niches sur lesquelles la candidate du Liban compte insister pour organiser des levées de fonds.

Dans sa présentation, la candidate du Liban a donc parlé de transparence, de rétablissement de la confiance des États membres dans l’organisation, de modernisation et de mesures concrètes, mais surtout, elle a insisté sur la nécessité de trouver des sources de financement durable, au lieu de se contenter d’injections ponctuelles. Elle a aussi mis en évidence les particularités uniques du Liban, pays de modération, d’ouverture, où la liberté d’expression est respectée (notamment par rapport aux autres pays de la région), où la parité entre les hommes et les femmes fait désormais l’objet d’une campagne sérieuse et, enfin, où l’on parle plusieurs langues. Autant d’éléments qui devraient jouer en sa faveur. D’ailleurs, les sondages effectués après les interviews des candidats ont donné Mme el-Khoury comme favorite, suivie de près par le candidat de la Chine et ceux de la France et de l’Égypte, elles aussi des femmes. Le Qatari a aussi ses chances… Selon la candidate du Liban, les résultats des sondages confirment ce qu’elle disait depuis le début, à savoir que si l’élection est purement technique et se base sur les compétences des candidats, elle aurait des chances sérieuses d’être élue.

Hélas, l’élection du directeur général de l’Unesco n’est pas une échéance technique. Elle est éminemment politique. Les candidats ont désormais près de 5 mois pour intensifier leurs campagnes, et les États qui les ont désignés comme candidats doivent aussi mettre le paquet pour convaincre les 58 membres du conseil exécutif de les choisir. Le conseil a fixé la date de l’élection au 9 octobre. Deux semaines plus tard, le choix du conseil devrait être validé par le vote général de tous les pays membres de l’organisation.

Véra el-Khoury Lacoeuilhe estime que le Liban va désormais être la cible d’attaques, parce qu’il a des chances sérieuses de l’emporter. Il devrait donc être prêt à se battre, sachant que ce poste est important pour lui, et s’il l’emporte, cela susciterait de nombreux espoirs pour les Libanais. « Le Liban, dit-elle avec conviction, a quelque chose à apporter sur la scène internationale, surtout en cette période critique et en particulier en matière de culture et d’éducation. Nous avons toute notre place. En matière de générosité aussi, avec l’accueil des réfugiés et des déplacés. Aucun autre pays au monde ne mérite autant que le Liban la direction générale de l’Unesco. » La candidate croit à cette opportunité et elle veut tout faire pour ne pas la laisser passer… Elle se demande toutefois pourquoi la presse libanaise ne s’intéresse pas beaucoup à ce dossier, alors que tout le Liban pourrait en profiter…